fbpx

3 étapes pour vous faire obéir de vos enfants sans crier

Cliquez sur play pour écouter votre article en faisant autre chose :

Vous allez craquer.

Tous ces cris, tous ces pleurs, vous ne les supportez plus. Certaines d’entre vous m’avouent même que leurs enfants les tapent, mordent, griffent et leur jettent des objets. 

C’est effrayant et vous êtes nombreuses à me faire part de votre désarroi. Vous vous demandez ce que vous avez raté, ce qui ne tourne pas rond. Et quand votre conjoint s’y met et vous reproche votre manque de contrôle ou d’autorité, le monde s’écroule sous vos pieds, vos émotions vous dépassent et vous êtes esseulée. 

Alors que se passe-t-il ? Vous jetez l’éponge. Vous vous désinvestissez progressivement et laissez vos enfants faire ce qu’ils veulent, car vous n’avez plus d’énergie pour ça. Vos enfants le sentent, perdent leurs repères, et deviennent encore plus turbulents. 

Donnez-leur ce dont ils ont besoin et ils vous obéiront.

Non. 

Je ne parle pas de leur donner tout ce qu’ils veulent, n’importe comment. Je vous propose un plan d’action pour leur donner confiance, les sécuriser et les faire adhérer à vos règles.

La seule manière de vous sortir de cette spirale infernale et vous faire obéir de vos enfants, est de leur donner ce dont ils ont vraiment besoin. 

  • De l’amour

  • De l’écoute

  • Un cadre sécurisant

  • Une direction et des règles pour grandir sereinement

  • Des récompenses et de la reconnaissance

Pourquoi ? 

Parce qu’en leur donnant cela, vos enfants se sentiront respectés et ils vous respecteront. 

Le respect est à la base de toute relation saine.

Pour illustrer ce que je vous explique dans cette méthode en 3 étapes, je vais me servir de l’image du gâteau. Parce que votre relation avec vos enfants, c’est un peu comme un bon gâteau que vous préparez pour le goûter. Il a besoin d’un moule, d’ingrédients, et de cuisson pour être dégusté. 

✅ Nous allons commencer par voir pourquoi et comment poser le cadre de votre autorité (le moule), pour créer la confiance et l’adhésion de vos enfants. 

✅ Puis je vous expliquerai comment leur communiquer efficacement vos besoins, sans crier et sans les braquer (les ingrédients)

✅ Enfin, nous renforcerons leurs nouveaux comportements pour qu’ils vous obéissent sans violence (la cuisson).

A la sortie du four, vous vous régalerez d’une relation plus saine, plus apaisée, plus confiante avec vos enfants. Il sauront que vous êtes juste et que vos actions sont dirigées vers leur bien-être et vers le vôtre.

1/ Préparez le moule d’une autorité bienveillante

Travailler son autorité

@Unsplash

Lorsque vous m’écrivez, vous faites souvent allusion au manque de confiance que vous avez en vous et en votre autorité. Vous ne vous sentez pas soutenu par votre conjoint, et pas écoutée par vos enfants. Et ça remet en cause le regard que vous portez sur vous-même. 

Il existe 2 types d’autorité :

  • L’autorité de contexte (votre rôle de mère et vos responsabilités)

  • L’autorité perçue (ce que votre entourage perçoit de vous, réel ou fantasmé)

Votre autorité de contexte n’est pas en cause. Pour vous faire obéir de vos enfants, c’est sur votre autorité perçue que vous avez besoin de travailler. 

Elle passe par toutes les attitudes que vous adoptez, votre posture, votre voix, votre regard, vos humeurs et la cohérence de vos actes avec vos paroles.

La voix, le geste et le regard.

Saviez-vous que les mots qui sortent de notre bouche ne représentent que 7% de ce qui est capté par notre interlocuteur ? La voix, le ton et le rythme de nos paroles quant à eux sont responsables de 38% de notre communication. Enfin, notre gestuelle occupe 55% des messages transmis. 

En clair, cela signifie que quand vous transmettez un message à vos enfants, pour être écoutée, vos mots sont moins importants que votre posture, vos gestes, le ton de votre voix et son débit.

Par conséquent, si vous voulez gagner en autorité naturelle et vous faire obéir de vos enfants, vous devez travailler sur ces 2 dernières dimensions.

La voix :

Lorsque vous vous adressez à vos enfants, décortiquez et articulez des mots simples et accessibles. Parlez plus lentement qu’à votre habitude et descendez légèrement dans les graves. Prenez le temps de prendre une inspiration entre chaque phrase. Cela vous aidera à poser votre voix et ne pas verser dans l’agressivité ou l’empressement.

Votre posture et gestuelle :

Regardez toujours vos enfants dans les yeux quand vous leur parlez. Mettez-vous à leur niveau si nécessaire. Redressez les épaules et tenez-vous droite. Respirer par le ventre vous donnera davantage d’assurance et de confiance. Posez une main sur leur bras ou leur épaule quand vous vous adressez à eux pour pleinement capter leur attention. N’oubliez pas les conseils donnés pour poser votre ton et votre voix. 

Dites ce que vous faites, et faites ce que vous dites.

Pour coopérer, un enfant a besoin de se sentir en confiance et en sécurité. Et la meilleure manière de créer de la sécurité est de poser un cadre dans lequel cet enfant pourra avancer et grandir en toute sérénité. 

Ce cadre doit être bordé d’actions justes, cohérentes et claires. Concrètement, ce sont les règles, la discipline et les limites que vous installez dans votre foyer.

Ainsi, pour être juste, cohérente et claire, il est nécessaire que vous communiquiez vos intentions à vos enfants, et que vous appliquiez coûte que coûte ce que vous annoncez. 

Ne promettez rien que vous ne pouvez pas tenir. Je pense notamment aux promesses de sanctions du type “Attention, je vais compter jusqu’à 3 et à 3…” Il ne se passe rien. 

Engagez-vous avec vos enfants. Dire ce que vous faites et faire ce que vous dites vous amènera vers le chemin vertueux du respect et de l’écoute. 

Surveillez vos humeurs.

Souvenez-vous : 93% de votre communication passe par votre corps et votre voix. Pas par vos mots. Alors, imaginez ce que vous envoyez comme message négatif quand vos émotions débordent et que vous vous emportez contre vos enfants.

Je sais. C’est plus facile à dire qu’à faire. Et vous êtes épuisée. Alors c’est normal, ça sort comme ça sort. Je ne vous jette pas la pierre. 

Mais une émotion bien évacuée vous aidera à installer une autorité naturelle que votre enfant aura envie de suivre, parce qu’il aura confiance et se sentira en sécurité.

Donc, lorsqu’une humeur surgit et que vous la sentez déborder, faites ceci :

Quand vous ressentez de la colère, de l’exaspération, de la frustration, de la tristesse, prenez un temps pour vous avant de réagir. Isolez-vous aux WC, et entrez volontairement dans votre émotion. À fond. N’ayez pas peur de faire cet exercice, car c’est ainsi qu’elle perdra en force.

Prenez le temps de la regarder, de la sentir, de la situer dans votre corps, et parlez-lui.

Non, ce n’est pas ridicule. Dites-vous : 

“Je me sens en colère car mon fils ne m’écoute pas quand je lui demande de ranger sa chambre. Ça me met hors de moi car j’ai beaucoup travaillé aujourd’hui, que je suis fatiguée et que j’aimerais qu’on puisse faire autre chose que de ranger éternellement cette maison.”

Quelques minutes suffisent pour faire retomber le stress de l’émotion. Vous pouvez alors entrer en communication active et efficace avec votre enfant.

Communiquer activement les ingrédients d’une relation saine

Communication bienveillante avec les enfants

@Unsplash

Pour vous faire obéir de vos enfants, il ont besoin de vous comprendre. Vos besoins, vos attentes, vos limites, vos règles. 

Et pour vous comprendre, ils ont besoin d’avoir votre mode d’emploi. La seule manière de leur donner est de leur dire. De la même manière que vous communiquez avec les adultes. 

Et pour être en mesure de leur parler de ce qui se joue en vous, vous devez d’abord faire le point pour mieux vous connaître.

Définition de vos valeurs familiales.

Un bon cadre n’est rien si vous ne savez pas dans quelle direction vous voulez emmener votre famille et quelles valeurs vous souhaitez transmettre à vos enfants.

C’est comme si vous mettiez un moule au four sans ingrédients. Vous n’en sortirez jamais de gâteau.

Vous avez besoin de définir ce qui pour vous, est fondamental pour être une famille épanouie. Quelles sont les valeurs les plus importantes pour vous ? Est-ce le respect, le dialogue, l’ordre, le calme, l’amour, la solidarité ? Tout ça en même temps ? 🙂

En définissant précisément ce qui est important pour vous, vous saurez comment vous faire obéir de vos enfants, car vous saurez pourquoi vous voulez connecter avec eux.

Le partage des sentiments.

Vos enfants, votre conjoint, vous. Vous êtes tous des êtres complexes, avec des sentiments, des peurs, des croyances. Et malheureusement, personne n’a encore trouvé le moyen de lire dans les pensées. 

Pour être compris, écoutés, entendus, nous avons donc besoin d’exprimer nos sentiments, et de laisser les autres exprimer les leurs. 

Lorsque le comportement de vos enfants déborde, prenez le temps d’évacuer l’émotion qui monte en vous, puis vérifiez avec votre enfant la raison pour laquelle il adopte ce comportement.

Souvenez-vous, derrière le petit diable, il y a toujours un besoin frustré. La colère ou toute autre émotion qu’il exprime n’est jamais là pour vous embêter personnellement. Cette émotion est là pour protéger son hôte : votre enfant.

Aussi, prenez l’habitude de demander à votre enfant, non pas “ce qu’il a”, mais “ce qu’il ressent”. Dites-lui les émotions qu’il ressent peut-être pour qu’il s’habitue à les identifier et validez avec lui que c’est bien ce qu’il ressent.

Cette simple étape l’autorise à s’exprimer. Et de la même manière où verbaliser vos émotions vous permet de les évacuer, son stress va redescendre d’un cran.

Quand ils disent NON, prenez l’autre chemin.

Il arrive souvent que malgré une bonne communication et des demandes clairement formulées, dans un cadre sécurisant, les enfants refusent tout de même de s’exécuter. 

Quand cela arrive, proposez-leur une alternative qui leur permette de choisir, tout en vous assurant d’obtenir ce que vous attendez de lui.

En clair, si vous avez besoin qu’il range ses jouets et qu’il refuse car il préfère jouer, proposez lui de les ranger avant de jouer ou après le jeu. Le résultat sera le même, mais il aura pu choisir son moment et se sentira considéré. 

Ça change tout.

Consolidez les bons comportements (cuisson)

Maman résiliente

@Unsplash

Pour installer une nouvelle habitude, un nouveau comportement et obtenir des réussites, il faut du temps, de la patience, et entraîner vos enfants aux nouvelles règles que vous mettez en place. 

Un peu comme votre gâteau. Pour qu’il tienne en place et garde sa forme, il faut le cuire ! Et la cuisine, ça prend du temps. Vous le savez.  

Renforcement positif.

Nos enfants sont comme nous. Ils ont besoin de cadre sécurisant, de reconnaissance et de récompense pour savoir qu’ils sont sur le bon chemin et prendre confiance dans les règles que vous instaurez.

Ainsi, chaque fois qu’ils sont récompensés pour leurs actions, il se passe quelque chose de fort dans leur cerveau qui leur dit “recommence”.

Donc, si vous voulez vous faire obéir de vos enfants, vous avez besoin de leur dire et leur montrer votre satisfaction.

Concrètement, cela passe par les petits encouragements quotidiens :

  • “Bravo, super, voilà, comme ça, tu as compris, c’est très bien…”

Mais aussi par les encouragements différés (quelques jours plus tard) :

  • “Tu sais, j’ai beaucoup apprécié que tu m’aides à ranger ta chambre.”

  • “Tu peux être fier de toi, tu apprends vite.”

  • “Cette semaine, tu nous as tous beaucoup aidés. Pour te remercier, je t’emmène faire quelques tours de manège.

Ou encore par des regards approbateurs, une main sur l’épaule, un câlin… Les contacts physiques sont très utiles pour renforcer des attitudes positives. 

Le pouvoir de la répétition.

La répétition fait le lit de l’apprentissage.

C’est à force de s’entendre répéter encore et encore qu’il est sur la bonne voie qu’un enfant adopte un nouveau comportement. 

N’hésitez donc pas à vous entraîner encore et encore sur le ton de votre voix, votre self-control, à vérifier régulièrement quelles valeurs vous souhaitez transmettre à vos enfants et agir en cohérence avec ça, à partager et écouter les sentiments de chacun, à renforcer positivement les bons comportements de vos enfants.

Vous gagnerez en cohérence. Et vos enfants auront envie de vous suivre.

N’abondonnez pas au premier échec. 

Vous faire obéir de vos enfants demande des ajustements de comportement de la part de chaque membre de la famille. Et cela peut prendre un peu de temps. Plus les mauvaises habitudes sont prises depuis longtemps, plus il faudra du temps pour les désamorcer.

Donc, ne lâchez rien. Et souvenez-vous qu’un enfant tombe et se relève en moyenne 2000 fois avant de savoir marcher.

Il n’est pas trop tard

Ne baissez pas les bras au premier échec. 

J’ai vu des enfants/ados considérés perdus renouer complicité et confiance avec leurs parents avec de l’amour, de l’écoute, du cadre et de la sécurité. 

Je ne dis pas que c’est facile. Car avant d’espérer voir un changement positif arriver chez eux, il va falloir travailler sur votre autorité, votre communication et encourager régulièrement les efforts de vos enfants, aussi minimes soient-ils.

C’est un exercice. Et la clé de cette méthode ? 

La patience. 

Mais attention : pas cette patience qui vous fait supporter tout et n’importe quoi depuis des mois, voire des années. Pas non plus cette patience qui vous plonge dans l’attente et l’espoir d’un bonheur intouchable.

Je vous parle d’une patiente responsable qui va vraiment vous sortir du pétrin. Parce qu’elle sera accompagnée d’actions concrètes et de résultats. 

Vous allez vous faire obéir de vos enfants. Et le plus important : vous allez renouer du lien, de la confiance, du respect et de la complicité. 

Les clés d’une relation familiale épanouie.

Conseil malin :
Cliquez sur l'épingle ci-dessous pour l'enregistrer sur Pinterest et retrouver l'article facilement !

Comment se faire obéir de ses enfants
Vanessa
 

Bonjour :) Moi, c'est Vanessa. Je suis probablement en train d'écrire un nouvel article pour vous aider à lutter contre le surmenage parental. C'est mon truc, j'aime bien aider quand je le peux. Posez-moi toutes vos questions, suggérez-moi de nouveaux sujets, n'hésitez pas, car Girlsmater, c'est d'abord votre site !

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Proche du burnout maternel ? Passez le test et recevez mes recommandations pour profiter pleinement de tous les rôles de votre vie.