fbpx
2

Mère débordée : 3 astuces de productivité qui forcent l’admiration de votre conjoint

Cliquez sur play pour écouter votre article en préparant le déjeuner :

Je peux vous demander un truc ?

En cliquant sur le lien de cet article, qu’êtes-vous vraiment venue chercher ?

Prenez 1 minute pour vous poser la question et y répondre. Sincèrement. Allez-y. Ne lisez pas la suite avant d’y avoir répondu.

C’est bon ? On continue.

Il y a quelques mois, une maman m’a demandé :

“Vanessa, j’adore tes conseils en matière d’organisation et de productivité, mais la recherche de l’organisation parfaite ne va t-elle pas à contre-sens de l’épanouissement et du lâcher-prise d’une mère épuisée par son quotidien ?”

Excellente question.

Effectivement dit comme ça, et sans raccrocher la compétence au besoin, parler de productivité paraît aberrant quand il s’agit de soulager la pression d’une mère de famille.

Au final… La plupart des conseils qu’on trouve sur la toile vous vantent les mérites de méthodes toujours plus compliquées et alambiquées pour vous aider à encore mieux courir après le temps.

Et conséquence terriblement ironique : en courant après le temps sans but précis, on se précipite vers ? 

Le burn-out.

Aussi, pour pleinement profiter de ces conseils et outils sans vous y perdre, vous avez besoin de savoir pourquoi vous en avez besoin. Et quand je dis “pourquoi”, je parle de vos besoins cachés derrière l’écran de la mère parfaitement productive, qui gère sur tous les plans et qu’aucun séisme ne saurait faire tomber.

Je vous explique où je veux en venir.

La vérité sur ce qui se trame dans votre tête

L'hyper productivité peut conduire à l'épuisement de la mère

Avant de poursuivre, je vais vous poser une nouvelle question :

“Pour quelle raison d’après vous, avez-vous besoin de gagner en productivité ? Que cherchez-vous à réaliser ou à obtenir ?”.

Même exercice, je vous laisse y réfléchir une minute ou deux. 

Prenez le temps de vous poser réellement la question.  

Allez-y, et ne lisez la suite qu’une fois que vous y avez répondu.

Bien. 

Peut-être avez-vous répondu quelque chose de cet acabit :

“Je souhaite retrouver du temps pour moi pour pouvoir faire autre chose sans sacrifier ma famille comme me reposer, pratiquer une passion, passer plus de temps avec ma famille ou mes amis.”

“Je souhaite gagner du temps et accomplir davantage de choses dans mes journées pour que mon conjoint soit content de moi et ne passe pas son temps à me répéter tout ce que je n’ai pas eu le temps de faire”. 

Ou encore “Je souhaite gagner du temps et accomplir davantage de choses sur mes journées pour avoir enfin la sensation d’arriver au bout des choses et m’endormir l’esprit tranquille”.

On y est. Vous le sentez ? On vient de mettre le doigt pile dessus.

Récompense, reconnaissance et accomplissement

Trois sentiments que la mère a besoin d’éprouver fréquemment et de manière répétée pour assouvir son besoin d’estime, contrer les effets du stress maternel et ne pas tomber en burn-out.

Voilà de quoi vous avez besoin.

Vous avez besoin qu’on vous dise bravo, que c’est nickel et que vous pouvez être fière d’accomplir ce que vous réalisez au quotidien. 

Vous avez besoin de vous sentir puissante et en pleine possession de vos moyens. 

Vous avez besoin de ressentir ce sentiment de contrôle que l’on ressent quand tout se déroule comme prévu. 

N’est-ce pas ?

Et en quête de réponses positives à ces besoins, quel est votre premier réflexe ?

De travailler sur votre productivité, de vous acharner et d’en faire encore et toujours plus.

Les deux effets pervers du perfectionnisme

Le perfectionnisme est une manière intuitive d’atteindre la récompense, la reconnaissance et la gratitude tant recherchées. Il nous pousse à nous surpasser, à toujours chercher de meilleures façons de faire, de nous comporter ou de nous adapter.

Intuitive mais perverse.

Effet pervers numéro un :

Notre éducation judéo-chrétienne nous apprend depuis notre plus tendre enfance la morale de la culpabilité et de l’interdiction : Sans effort, pas de récompense. Sans sacrifice, pas de reconnaissance. 

Nous avons dès lors grandi avec l’idée que plus on donne de notre personne, plus on se voit récompensée. C’est vrai dans une certaine mesure. Mais le perfectionnisme est un biais pervers qui n’a rien à voir avec l’effort constructif.

Il vous vous défocalise de l’essentiel et finalement : vous fait perdre votre temps.

Effet pervers numéro deux :

Vous, votre mec, vos enfants. Chaque individu possède ses propres critères d’évaluation quand il s’agit de perfection, basés et construits sur leur éducation, leurs références culturelles et leurs expériences personnelles. 

N’avez-vous jamais ressenti le désarroi de votre conjoint quand il vous a répété pour la 147e fois qu’on ne met PAS un Opinel au lave-vaisselle ? 

Vous ne comprenez pas pourquoi ça le met autant en colère. Vous voulez simplement gagner du temps et faire en sorte de garder la cuisine propre.  

Lui, en revanche, ne comprend pas pourquoi vous vous obstinez, car l’une de ses valeurs (que vous ne partagez pas) est de prendre soin du matériel acheté.

Par conséquent, votre notion de perfection peut différer de la leur. Notions, qui découlent directement des valeurs de chacun.

C’est pourquoi il est si difficile pour une mère de recevoir l’attention et la reconnaissance dont elle a besoin. 

Vous développez votre productivité, vous défoncez dans le vide et passez littéralement votre vie à attendre des manifestations de gratitude de la part de votre entourage. 

Et ça c’est une des raisons qui fait que vous êtes tout le temps fatiguée.

Vers votre propre schéma organisationnel parfait essentiel et gratifiant.

Nous allons donc adapter ce qu’on vient d’apprendre sur vous, concrètement, au jour le jour avec un exercice simple et redoutablement efficace.

Cet exercice vous aidera à en finir avec les tâches chronophages et non gratifiantes de votre quotidien pour les remplacer par celles qui vous apporteront le maximum de valeur et de récompense. Vous allez concentrer vos efforts de productivité sur vos priorités.

Commencez par dresser une liste de toutes les tâches que vous accomplissez au cours d’une semaine type. Puis passez à la définition de vos valeurs ci-dessous.

A/ Définition de votre système de valeurs et des tâches associées

Nous l’avons vu un peu plus haut. Le manque de reconnaissance de votre entourage vis-à-vis de notre travail dépend étroitement à l’importance qu’ils accordent au type de tâche que vous êtes en train d’accomplir. Ce degré d’importance est défini d’après leur propre système de valeurs.

Le hic, c’est qu’on n’a pas la main mise dessus. Impossible de contrôler les valeurs de nos proches. Elles sont bien trop profondément ancrées en eux. 

Tout comme les vôtres.

Nous allons donc nous servir des vôtres comme levier puissant pour recadrer votre organisation et définir ce qui vous apportera gratitude et reconnaissance.

1. Définissez d'abord ce qui est important pour vous :

  • Besoin d’ordre ?

  • Besoin de calme ?

  • Besoin de dialogue ?

  • ______________________________

  • ______________________________

  • ______________________________

  • ______________________________

Rajoutez autant de point que vous le souhaitez.

2. Reliez maintenant les tâches de votre quotidien aux différentes valeurs citées juste au dessus. Ce sont vos “tâches gratifiantes”.

Besoin d’ordre :

  • Salle de bain propre

  • Sol aspiré

  • Linge repassé

  • Jouets triés dans les bacs

Besoin de calme :

  • Mettre les enfants au lit en temps et en heure

  • Planifier les vacances

  • Planifier un weekend en amoureux

Besoin de dialogue :

  • Parler avec votre conjoint ce dont vous avez besoin

  • Parler avec votre conjoint de ce dont il a besoin

  • Communiquer votre nouvelle façon de vous organiser aux autres membres du foyer

Vous vous apercevrez que certaines des tâches de votre liste initiale ne rentreront nulle part. C’est normal et recherché.

B/ Suppression des tâches “perfectionnistes”

C’est très simple. Toutes les tâches que vous n’avez pas réussi à associer aux valeurs que vous avez citées plus haut, vous allez les trier pour déterminer si elles sont vraiment indispensables au bon fonctionnement de votre vie de famille ou non. C’est aussi ça la productivité.

Dressez un tableau de 4 cases :

  • Important et urgent (à faire par vous, dans la semaine)

  • Important mais pas urgent (à planifier dans le temps)

  • Urgent mais pas important (à déléguer ou à faire plus tard)

  • Pas urgent et pas important (à supprimer)

Supprimez tout ce qui se trouve dans la case “Pas urgent et pas important”. Ce sont typiquement vos tâches de perfectionniste. Inutiles et chronophages à souhait.

C/ Une journée type à 5% de matières grasses (ultra gratifiante !)

La clé pour être parfaitement organisée ? 

  • Définir des tâches spécifiques, utiles et gratifiantes

  • Ne pas vous surcharger 

  • Avancer à petits pas

Tâchez d’accomplir au moins une tâche par jour qui vous apporte gratitude, reconnaissance ou récompense. Ce sont vos “tâches gratifiantes”.

Limitez-vous à 5 tâches par jour pour favoriser le sentiment d’accomplissement et de réalisation à la fin de la journée.

Si vous ne pouvez pas vous limiter à 5 tâches par jour, parce que vos journées ne le permettent simplement pas, déléguez celles qui vous paraissent urgentes mais pas importantes aux autres membres de votre famille.

1. Tâche gratifiante du jour : Trier les jouets des enfants dans les bacs de couleur

2. Tâche urgente et importante 1 : Emmener Jules chez le médecin

3. Tâche urgente et importante 2 : Faire les courses

4. Tâche annexe 1 : Poster la feuille d’impôts

5. Tâche annexe 2 : Acheter de l’huile

Attention : Réalisez bien les tâches dans cet ordre. La tâche gratifiante du jour doit être réalisée en priorité n°1 pour vous garantir un élan de satisfaction qui vous portera tout le reste de la journée.

Ne cherchez plus de conseils de productivité sur le net et posez-vous les bonnes questions

Être plus productive et obtenir la reconnaissance de son entourage

Souvenez-vous d’un point crucial : Vous tournez en rond et ne parvenez pas à vous sortir de situations épuisantes et stressantes parce que vous ne vous posez pas les bonnes questions. 

Quand vous venez me voir, vous vous demandez comment être mieux organisée, plus productive et plus efficace dans l’accomplissement de vos tâches au quotidien.

Mais vous n’avez pas encore conscience de ce qui se joue en arrière plan dans votre tête et quels sont les réels besoins cachés derrière ce besoin d’en faire toujours plus.

La gratitude et la reconnaissance font partie des premiers besoins bafoués de la vie d’une mère de famille. Parce que leurs efforts fournis sont considérés comme “normaux” et “évidents” dans l’inconscient collectif, ils ne méritent donc pas d’être soulignés.

Mais pas que. La personne personne responsable de votre manque de gratitude et de reconnaissance est : vous même.

Ce n’est pas pour rien que je vous répète aussi souvent sur le blog que vous êtes la première personne la plus importante de votre vie, et que prendre soin de vous relève davantage de la responsabilité que du caprice.

Donc, pratiquez ces quelques exercices et découvrez ce qui se joue dans votre tête. Définissez les valeurs et besoins qui guident votre besoin de productivité. Puis libérez-vous.

Parce qu’une femme libre qui ose s’offrir reconnaissance est une femme admirable aux yeux de tous. 

À commencer par ses propres yeux.

Conseil malin :
Cliquez sur l'épingle ci-dessous pour l'enregistrer sur Pinterest et retrouver l'article facilement !

Mère épuisée, conseils productivité pour forcer la reconnaissance de votre conjoint
Vanessa
 

Bonjour :) Moi, c'est Vanessa. Je suis probablement en train d'écrire un nouvel article pour vous aider à lutter contre le surmenage parental. C'est mon truc, j'aime bien aider quand je le peux. Posez-moi toutes vos questions, suggérez-moi de nouveaux sujets, n'hésitez pas, car Girlsmater, c'est d'abord votre site !

Click Here to Leave a Comment Below 2 comments

Proche du burnout maternel ? Passez le test et recevez mes recommandations pour profiter pleinement de tous les rôles de votre vie.